Paquet de cigarettes diable

Une chose est de renoncer au tabac et l’autre est d’y parvenir véritablement. En effet, il n’est pas rare de voir certains fumeurs prendre la ferme décision d’arrêter de fumer sans pour autant y parvenir. Habitué à transmettre des informations nerveuses spécifiques, il faut du temps au cerveau pour s’adapter de nouveau. À cet effet, combattre la dépendance à au tabac est un exercice tant physique que psychologique auquel il faut se donner pour arriver un sevrage réussi. Si vous lisez cet exposé, c’est que vous avez décidé d’en savoir plus pour sortir de ce gouffre ou pour aider un proche à en sortir. Bravo !

Que comprendre de la dépendance au tabac ?

État de manque, la dépendance est la résultante d’une interaction entre le corps et une substance appelée nicotine contenue dans le tabac. Très additive, elle est la cause de la dépendance chez le fumeur. Celle-ci se caractérise par des signes comportementaux de manque comme les tremblements, la nervosité, les sauts d’humeur, les maux de tête, etc. En d’autres termes, il s’agit d’un ensemble de manques chimique, comportemental, psychique, psychologique et même social que ressent un fumeur dès les premiers jours de son sevrage.

Signalons que la dépendance commence et prend de l’ampleur au fur et à mesure que le fumeur consomme de la nicotine. À cet effet, un fumeur dépendant à la nicotine se reconnait par plusieurs symptômes. Au nombre de ceux-ci, on évoque l’incapacité du fumeur à contrôler son envie, son désir de plus en plus croissant à consommer plus, etc.

Le sevrage : qu’est-ce que c’est ?  

Le sevrage est une privation. Il est la période au cours de laquelle, l’on arrête la consommation de tout produit contenant de la nicotine. Il se caractérise par deux niveaux de dépendance. Le premier est physique et le second, d’ordre psychologique, est beaucoup plus difficile à soigner.

En effet, pendant le sevrage, le corps ne recevant plus sa dose de nicotine va développer des réactions, on parle de syndrome de sevrage. Ces réactions sont entre autres des troubles de sommeil, la constipation, l’envie de fumer, une sensation de dépression, un manque ou une difficulté de concentration, l’anxiété, la fatigue, etc.          

Sevrage du corps ou de la tête : quel est le plus dur ?

Pour guérir de la dépendance à la nicotine, il faut un traitement physique, mais surtout psychologique. Si le fumeur peut à lui seul faire le traitement des symptômes physiques par le biais des médicaments ou par d’autres moyens, le traitement psychologique est un processus complexe, long et itératif.

Il passe en effet par une rééducation de l’esprit et du cerveau. Le fumeur doit apprendre à mettre fin à ses vieilles habitudes par les exercices cognitifs. En ce sens, le sevrage de la tête est beaucoup plus dur, car il nécessite l’accompagnement d’un professionnel expérimenté. Pour cela, il est fortement recommandé, d’avoir recours à un tabacologue reconnu et expérimenté. Il vous expliquera les raisons de votre addiction et vous aidera à trouver les moyens palliatifs pour en guérir.        

 La dépendance à la nicotine est un phénomène récurrent qui guette tout fumeur. Pour en guérir, un accent particulier doit être mis sur le sevrage de la tête, car jugé plus dur que le sevrage du corps. Pour vous aider au sevrage nicotinique grâce à la e-cig, Idéal Vape peut vous accompagner. Courage !

 

Laisser un commentaire